Les pièges que les entrepreneurs doivent éviter pour assurer la réussite de leurs projets

Les pièges que les entrepreneurs doivent éviter pour assurer la réussite de leurs projets

Sous tout le glamour et le faste des start-ups qui amassent des millions et des milliards de dollars en financement, il y a le travail acharné, la détermination et le dévouement de leurs fondateurs. Mais surtout les pièges.

Pour chaque Flipkart qui génère des milliards, ; il y a une centaine d'autres start-ups qui se "casse la gueule" à différentes étapes du cycle de vie de la start-up. En effet, Neuf nouvelles entreprises dans l’e-commerce sur dix font faillite dans leurs 120 premiers jours. Le pourcentage d'échec est très élevés parmi les start-ups. Une minorité arrive à se pérenniser.

Cela signifie que, tout entrepreneur potentiel doit connaître les pièges à éviter s'il veut continuer à réussir sur le marché, et s'il veut s'assurer que ses entreprises deviennent rentables et se transforment en entreprises prospères.

Le moment de la décision de financement

ACCÉDER

Pièges juridiques liés aux contrats et aux conditions de financement

ACCÉDER

Qu'est-ce qui vient après le succès ?

ACCÉDER

Quand faire ses bagages ?

ACCÉDER

Conclusion : rien n'est permanent

ACCÉDER

 

1. Le moment de la décision de financement (un des principaux pièges)

Le premier parmi les pièges que les entrepreneurs doivent éviter, est de décider quand demander du financement auprès des Venture Capitalists et des Business Angels. Les premières étapes de la vie d'un entrepreneur sont généralement la phase d'idéation et les phases d'incubation. Les entrepreneurs commencent par un plan d'action pour transformer leur idée, puis lancent leurs projets, pour incuber leurs idées et les transformer en entreprises et produits viables.

À ces étapes, il est conseillé de veiller à ce que les entrepreneurs passent autant de temps que possible à réfléchir aux différents problèmes et aux pièges qu'ils pourraient rencontrer en termes de calendrier.

La recherche du premier tour de financement auprès des investisseurs, et leur utilisation judicieuse pour répartir les fonds à différentes étapes doivent être soigneusement planifiées et gérées.

En effet, il est impératif que l’équipe dirigeante possède une vraie stratégie de gestion du cash ; y compris dans l’appréhension des délais de paiement et des cashflows. Quand ce n’est pas le cas, la descente aux enfers peut être rapide.

C’est le cas de la startup Save, qui, un an après avoir levé 15 millions d’euros en 2015, a été placée en redressement judiciaire à l’été 2016. La faute à une stratégie d’expansion démesurée et mal calculée.

 

2. Pièges juridiques liés aux contrats et aux conditions de financement

En effet, avant même que les investisseurs ne débloquent les fonds, les entrepreneurs doivent se méfier des termes et conditions que les investisseurs proposent. Puisque des conditions déloyales et dures, peuvent facilement conduire les entrepreneurs à abandonner le contrôle de leurs projets lorsqu'ils "frappent l'or".

Les soi-disant «petits caractères» nommés ainsi, parce qu'une grande partie du sens des termes et conditions est généralement enfouie dans les contrats et dans les pages intérieures.  Cela signifie que les entrepreneurs, devraient mieux avoir leur propre avocat ou chercher de l'aide juridique avant de signer le contrat avec leurs investisseurs.

De nombreux jeunes entrepreneurs comprennent à peine le jargon juridique et les complexités. Il y a aussi le fait, d'être dans «l'euphorie» de «lever des fonds» et d'accepter tous les termes et conditions proposés par les investisseurs.

Par conséquent, il est recommandé aux entrepreneurs de faire preuve d'une grande prudence avant de s'engager envers des parties externes.

3. Qu'est-ce qui vient après le succès ?

En ce qui concerne la question, de savoir ce qui va arriver une fois que l'entrepreneur réussit. Il doit faire un choix entre la prise de participation de l'entreprise ou le démarrage d'une autre entreprise. Certains pièges sont la perspective de prises de contrôle hostiles d'entreprises établies et de vétérans de l'industrie qui «connaissent le jeu» mieux que beaucoup et, par conséquent, sont aptes à de telles stratégies.

En effet, l'exemple de Sabeer Bhatia qui a fondé le premier e-mail commercial au monde, Hotmail, est instructif à cet égard.

Alors que beaucoup d'entre vous qui lisez ceci, n'ont peut-être pas entendu parler de Sabeer Bhatia qui a fait sensation dans les années 1990 pour avoir pris le monde d'assaut avec Hotmail. Ceux d'entre vous qui étaient au collège à cette époque, reconnaîtraient sûrement le nom et surtout , se souviendrait également de la façon dont il a été «déjoué» par Bill Gates à abandonner le contrôle de Hotmail.

La leçon à tirer de cela pour les entrepreneurs qui réussissent, c'est de faire attention à «jouer vos cartes» et de vous tourner vers votre voix intérieure pour obtenir des conseils au cas où une «bifurcation» apparaît et que vous devez choisir entre des options tout aussi attrayantes.

4. Quand faire ses bagages ?

Le revers de la médaille, est ce qui se passe lorsque les entreprises ne répondent pas aux attentes de leurs investisseurs.

Dans les cas où les entreprises échouent, il est difficile pour les entrepreneurs de décider quand faire leurs bagages et passer à autre chose.

Bien qu'il puisse y avoir des raisons émotionnelles, ainsi que des raisons factuelles pour «rester et traîner» pour traverser les moments difficiles et espérer «la lumière au bout du tunnel». Il est également vrai que la décision pour mettre fin à l'aventure, aussi douloureuse soit-elle doit être prise à un moment ou à un autre.

En effet, si une telle décision n'est pas prise, les entrepreneurs risquent d'être «submergés» avec leurs entreprises et, par conséquent, l'écueil à éviter ici est de savoir à quel moment sortir sans trop de pertes pour toutes les parties prenantes.

5. Conclusion : rien n'est permanent

Ainsi, il existe de nombreux pièges dont les entrepreneurs doivent se méfier, et nous en avons abordé certains dans cet article. Bien qu'il soit tentant de se prélasser dans la gloire des entreprises qui réussissent, les entrepreneurs doivent se rendre compte qu'il y a des rebondissements dans chaque entreprise et se rappeler que le succès un jour peut facilement être suivi d'un échec le lendemain.

 

Article écrit par : Prachi Juneja // ManagementStudyGuide.com et actualisé-modifié par M&C ASSOCIÉS.

Laisser un commentaire